Skip links

Tous vos témoignages

Guillaume
Aide soignant

Je suis aide soignant en ems (Ehpad) en Suisse.
Je suis papa, conjoint
Je suis un soignant, j’ai fait le choix de ce métier et j’en accepte les risques.

Je ne suis pas en première ligne comme les soignants des hôpitaux (médecins, infirmiers, aide-soignants, agents de service hospitalier), les pompiers, les policiers, les ambulanciers, les éducateurs, le personnel des pharmacies et des magasins d’alimentation…

Ma ligne de front à moi, elle n’est pas dans la peur d’être contaminé mais dans la peur de contaminer !!!

Si seulement les personnes pouvaient comprendre et ressentir cette peur qui me tiraille à chaque fois que j’enfile ma blouse.

La crainte de contaminer un ou plusieurs résidents.
Ces résidents qui auront très peu de chance de résister à ce virus, que je devrais alors accompagner dans leurs derniers instants.

Des résidents avec qui je partage une partie de ma vie, qui subissent déjà un confinement partiel (plus de visites, plus de sorties en groupe), ce qui les obligerait à rester dans leur chambre pendant 15 jours.

Mais cette peur, j’en fais une force pour me rendre plus consciencieux, réapprendre à travailler pour éviter toute contamination, réussir à rassurer et essayer de faire sourire ces résidents dans ces temps difficiles.

Je ne suis pas seul, je travaille en équipe. C’est l’unité qui nous transcende et nous rassemble.

Si seulement mes compatriotes pouvaient transformer leur peur (de manquer, de vivre, de devenir malade…) qui nous paralyse tous en une force de vie.

Pour vivre en société dans la bienveillance, le respect, le civisme.
Nous entraider en prenant soin de nos proches, amis.
En respectant les consignes sanitaires.

Alors moi, je resterai confiné quand je ne travaillerai pas. J’irai faire des courses en prenant juste ce qu’il me faut pour ma famille, et en respectant une distance de sécurité. Je prendrai soin de mes proches.
Et vous ?

24 mars 2020
Christelle
Employé libre service

Bonjour,
Alors moi depuis une semaine en arrêt maladie car suspicion de COVID 19. Mes symptômes sont les suivants : mal de tête, mal partout et grande fatigue… Dimanche, clouée au lit tellement je n’étais pas bien. Aujourd’hui, toujours quelques symptômes mais ça va. Par contre, essoufflée dès le moindre mouvement.
Le plus dur pour moi est d’être à la maison avec mari et enfants mais quand même isolée dans une chambre à part. Ne pouvoir ni câliner, ni embrasser les miens qui sont à proximité. Après, mes symptômes sont bénins par rapport à certains donc je ne veux pas me plaindre. On désinfecte tout ce que je touche. Mon mari et les enfants sont extra. Les enfants se sont mis à la cuisine (12 ans et 9 ans). Je remercie tous les gens qui ont un métier où l’exposition est importante. Bravo à eux !

24 mars 2020
Billod Marie
Paysanne

Bonjour, mon mari et moi sommes paysans et, en soi, rien n’a beaucoup changé pour nous. Notre métier fait que nous sommes à notre domicile. L’instruction de nos filles se fait à notre domicile, donc dans les grandes lignes pas de grands changements !
Nous avions la chance de pouvoir rester autour de la ferme avec les filles !

Au début, nous pensions à une bonne grosse grippe. Je suis Alsacienne, j’ai donc toute ma famille là-bas et la plus grande de mes filles qui vit avec son papa…
Mais plus les jours passaient, plus nous avons ouvert les yeux et nous avons vu de quoi était capable ce virus ! J’ai peur, très, très peur pour ma fille, ma famille…
Un jour, ma sœur m’envoie un message par internet pour me dire qu’elle a la maladie. Je crois que c’est l’une des plus mauvaises journées et nuits que j’ai passées.

Elle était épuisée, un mal de tête qui ne passait pas, mal de gorge et elle n’avait plus d’odorat ni de goût !
J’ai pris des nouvelles d’elle tous les jours et là, aujourd’hui elle va mieux. Dieu merci !

Mais ce n’est pas fini malheureusement. Nous n’avons pas encore eu le pic de la maladie. J’espère de tout mon cœur que le plus possible de gens vont s’en sortir !
Je suis triste pour toutes ces familles qui n’ont pas pu dire au revoir. Leur deuil sera encore plus long et douloureux !
Dieu, faites que plus personne ne souffre ! Le confinement pour nous n’est pas le plus dur, le plus dur est la peur…

Mais je suis aussi très en colère. En colère après ce Gouvernement qui n’a rien fait face à la pénurie de masques, de gants, de gel hydroalcoolique et de blouses !
J’ai même honte, honte d’être Française à cause de tous ces clowns qui nous font croire qu’ils pensent à nous mais qui ne veulent qu’une chose, se remplir les poches !
Cette colère, je la garderai en moi jusqu’à la fin de cette pandémie pour que les personnes qui n’ont rien fait pour aider tous les soignants soient punies de leurs actes. J’irai crier haut et fort devant l’Élysée !!!!!

Je voulais juste remercier tous ces gens qui font que nous pouvons manger, avoir du courrier, nous guérir, venir chercher nos poubelles. Ceux grâce à qui nous avons des médicaments, préparateurs et pharmaciens, les routiers, les ambulanciers. Tous ceux qui ont continué à travailler, un immense merci à vous tous, vous êtes des héros !

Je ne sais pas combien de temps le confinement restera, mais j’espère que nous serons bientôt libres.

Billod Marie

24 mars 2020
Jacqueline
ASH

Je suis ASH faisant fonction d’aide soignante en EHPAD. Je continue à travailler en espérant tous les jours ne pas contaminer les résidents car ils sont confinés depuis plus de 15j.
J’ai peur comme beaucoup pour ma famille, mes amis, mes collègues. Mon mari est confiné depuis le 18 mars. Notre vie s’organise autrement avec notre fille de 12 ans.
Nous avons la chance d’avoir des extérieurs mais je pense à ceux qui vivent en appartement. La situation est grave et anxiogène mais il y aura un après. Il faut penser à tout ce que nous ferons après.
Pour ma part, j’inviterai mes grands enfants et mon petit-fils que nous n’avons pas revus depuis et nous profiterons de la vie tout simplement…
En attendant : sauvez des vies, restez chez vous !!

24 mars 2020
Carine
Mère au foyer

Quelques envies de meurtres parfois 😂 La promiscuité n’est pas toujours simple à vivre… Mais le COVID-19 ne serait-il pas celui qui va nous rapprocher dans nos foyers, donner un élan de générosité entre chaque être humain… Ce petit rien, invisible à l’œil nu, notre pire ennemi, recrée l’histoire. En attendant, je reste chez moi, entourée des miens, pour retisser des liens encore plus forts…

24 mars 2020
khan de mirabeau
routier

Bonjour,

En ce qui me concerne, pas de confinement pour moi car je livre de l’alimentaire dans les supermarchés.
Il faut bien que les gens aient de quoi manger. Par contre ce qui me mets en rogne, ce sont les gens qui prennent ça à la légère. J’en vois encore beaucoup qui se croient en vacances et jouent à la pétanque ou se promènent tranquillement au soleil.
Je prends des risques tous les jours de chopper ce satané virus pour que ces gens-là se la coulent douce et aient de quoi remplir leur frigo. Il y a un problème.

Ceux qui ne sont pas obligés de sortir, restez chez vous pour nous, merci

24 mars 2020

Suivez-nous sur